Michèle Morgan, une icône.

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
Partager sur tumblr
Défilé de mode à Paris 1938
Lors d'un défilé de mode à Pairs, en 1938 - AFP

C’est le 29 février 1920 que s’ouvrent pour la première les plus beaux yeux du cinéma français : ceux de Michèle Morgan (Simone Roussel de son vrai nom).
Délurée et “garçon manqué” comme elle l’écrit elle-même, elle quitte Dieppe pour Paris à 15 ans. A 17 ans elle choisit son pseudonyme : Michèle, parce que ça fait “chic”, Morgan…elle l’emprunte à une banque. Le cinéma lui ouvre les bras.

A peine majeure et déjà connue pour le film Gribouille, elle est dirigée par Marcel Carné et partage l’affiche avec Jean Gabin.
Loin d’imaginer que sa filmographie compterai plus de 70 films, qu’elle s’étendrait des années 30 aux années 80 et que sa vie sentimentale serait partagée avec de grands noms du cinéma, Michèle Morgan devient rapidement une étoile filante du cinéma.

 

Elle tourne avec les plus grands réalisateurs français et américains et partage l’affiche avec des icônes telles que Humphrey Bogart, Marcello Mastroianni ou encore Alain Delon. Son regard profond et énigmatique inspire les plus grands artistes comme Jacques Prévert qui écrira pour elle la fameuse réplique “T’as d’beaux yeux, tu sais.” du Quai des brumes (1938), ou encore Moïse Kisling qui fera son portrait dans les années 50.

Michèle Morgan par Moïse Kisling
Michèle Morgan par Moïse Kisling, 1953
Michèle Morgan et Humphrey Bogart
“Passage to Marseille, 1944, Michèle Morgan et Humphrey Bogart

Michèle Morgan,élue 10 fois par le public “actrice française la plus populaire” et également la toute première actrice à recevoir le prix d’interprétation féminine du premier festival de Cannes en 1946 (pour son rôle de Gertrude dans La Symphonie Pastorale), disait d’elle “J’ai toujours incarné l’image d’une femme française dans laquelle on pouvait se retrouver.” et se défendait d’être une légende.

Cette femme nous inspire pour son élégance éternelle, son caractère passionné et son regard plein de malices.

Michèle Morgan photographiée par Ernest Bachrach
Michèle Morgan photographiée par Ernest Bachrach, 1940